Connexion
FPPA

Améliorer le bien-être des seniors de mon territoire… une volonté commune de nombreux professionnels, bénévoles et élus sur les territoires. Mais, plusieurs questions émergent alors : par où commencer ? Quelles activités développer ? Quels sont les besoins les plus urgents ? Que demandent les seniors ? Pour répondre à ces questions, il est nécessaire de réaliser un état des lieux, souvent perçu comme une démarche longue et fastidieuse.

Suite à la synthèse Vieillir au quotidien : élus et acteurs de terrain, comment se mobiliser ?, une fiche pratique a été conçue. Ce document permet de rendre accessible la démarche d’état des lieux. Elle vous guide pas à pas dans la réalisation d’un état des lieux qui permettra de définir un programme d’actions cohérent et pertinent sur votre territoire.

vignette fpdo   

Agir pour renforcer la participation aux dépistages organisés des cancers est complexe : les freins à la participation peuvent être environnementaux, organisationnels, individuels... Une approche partenariale et la complémentarité des interventions peuvent permettre d’appréhender la problématique dans sa globalité.

Suite à la synthèse Dépistages organisés des cancers : quels relais sur les territoires, pour quelles démarches ?, une fiche pratique a été conçue dans le cadre du Pôle de compétences en éducation et promotion de la santé de Lorraine. Ce document présente et illustre les principes essentiels pour établir une relation de partenariat dans le champ du dépistage organisé.

syntP

La population française vieillit : la génération des baby-boomers quitte progressivement la population active pour la retraite et la longévité des franges les plus élevées de la population s’accroit. Cette révolution de la structure populationnelle pose de nombreuses questions et demande une considération accrue de cette tranche d’âges.

« Vieillir ensemble, ce n’est pas ajouter des années à la vie, mais de la vie aux années » Jacques Salomé, psychologue-écrivain

Les acteurs, élus et acteurs de proximité, impliqués dans l’amélioration de la qualité de vie des personnes âgées, sont nombreux. Les actions mises en place et les dispositifs sont diversifiés. Ce paysage va devoir prendre en considération et faire face à l’évolution de cette structure populationnelle. 

C’est dans ce cadre que le Pôle de compétences en éducation et promotion de la santé de Lorraine a organisé le 8 décembre 2015 un atelier d’échanges « Vieillir au quotidien : élus et acteurs de proximité, comment se mobiliser ? » à Tomblaine.

La présente synthèse émane des échanges avec les participants (élus de communes, de communautés de communes, bénévoles d’associations, professionnels d’institutions, de réseaux de santé, de caisses de retraites, de services d’aides à domicile…), des présentations faites lors de la journée et de la grille de recueil de pratiques remise aux participants.

 
synthes DO 2015

Depuis quelques années en France, deux programmes nationaux de dépistages organisés des cancers sont mis en place :

  • le programme de dépistage organisé du cancer du sein, généralisé en 2004, cible les femmes de 50 à 74 ans. Elles sont invitées à réaliser tous les deux ans une mammographie de dépistage.
  • le programme de dépistage organisé du cancer colo-rectal, généralisé depuis 2009, s’adresse aux hommes et aux femmes de 50 à 74 ans. Tous les deux ans, ils sont invités à réaliser un test de dépistage.

Ces deux programmes permettent un accès gratuit à ces examens. Pourtant, en février 2014, lors du lancement du Plan cancer 2014-2019, le président de la République évoquait dans son discours la prégnance des inégalités sociales et territoriales d’accès aux dépistages. En 2013, les taux de participation aux dépistages du cancer colo-rectal et du cancer du sein étaient respectivement de 31% et de 51.6%. En Lorraine, le cancer est la première cause de mortalité chez les hommes et la deuxième cause chez les femmes; la lutte contre ce dernier représente l’une des priorités du projet régional de santé. 

De nombreux freins liés à l'environnement, à l'organisation du dépistage organisé ou aux personnes elles-mêmes impactent ces taux de participation. Pour les augmenter, un travail important est à mener afin de lever ces freins. Au regard de la nature de ces derniers, il apparaît que nombre de personnes différentes peuvent ou pourraient s’impliquer sur cette question.

 

C’est donc dans ce cadre que le Pôle de compétences a organisé en 2015 un atelier d’échanges « Dépistage organisé des cancers : quels relais sur les territoires pour quelles démarches ? ». L’objectif était d’établir des recommandations à partir des questionnements suivants : quels relais mobiliser sur les territoires ? Quels peuvent être la place et le rôle de ces relais ? Comment les accompagner à aborder le dépistage organisé au quotidien ? La présente synthèse vise à étayer la réflexion quant aux missions et actions à développer selon les participants à l'atelier.

Sans titre

En 2013, le Pôle a organisé l’atelier d’échanges « Maisons de santé, pôles, réseaux, contrats locaux, territoires… Nouvelles pratiques plus proche du citoyen ? » qui a rassemblé 59 acteurs des champs du soin, du social, du médico-social, de l’éducation, de collectivités. Les échanges ont porté autour de l’inscription du citoyen au coeur des nouveaux modes d’exercice de la médecine dans un souci de réduction des inégalités de santé. Des recommandations, publiées fin 2014, ont émergé des travaux de groupe.

« Créer une commission élargie de promotion de la santé au sein des intercommunalités » est l’une des recommandations phares de cette synthèse. Les acteurs de l’atelier faisaient le constat suivant : « La politique de santé est définie, à ce jour, par les professionnels à partir des besoins repérés par ces derniers. Il en est généralement de même pour les stratégies d’actions et les moyens à développer. Il est prévu la participation de représentants d’usagers à certaines instances (CRSA, conférences de territoires…) mais ces dernières ne se situent pas au niveau des intercommunalités et les missions qui leur sont dévolues sont essentiellement d’ordre consultatif. Par ailleurs, le statut de « représentant d’usagers », nécessitant que ce dernier appartienne à une association agréée par les autorités, suscite de nombreux questionnements quant à leur réelle représentativité. »

Créer une démarche de promotion de la santé sur un territoire peut être à l’initiative de divers acteurs. Les centres de santé et maisons de santé pourraient notamment impulser ce type de dynamique. La présente fiche vise à outiller les acteurs dans la mise en œuvre de cette recommandation.

Septembre 2015