Rencontres québécoises en haïti,

rencontres québécoises en haïti

Parcours haïtiens au Québec: Les participant. Que tou. Stéphane Martelly: En premier lieu, je voudrais présenter les personnes autour de cette table. Elle est présente à la Maison d'Haïti depuis pratiquement sa création. C'est une institution très importante rencontres québécoises en haïti Montréal. Elle rencontres québécoises en haïti d'abord directrice des programmes, désormais directrice générale, et se consacre depuis plus de trente ans à l'éducation et à la participation citoyenne des populations immigrantes ainsi qu'à la défense des femmes immigrantes et des personnes analphabètes.

Elle est impliquée dans les luttes de mouvements communautaires et sociaux féministes et internationaux. La lutte contre le racisme et toutes les formes d'exclusion et de discrimination fait également partie de son quotidien. Intéressée au cinéma engagé, elle a produit trois documentaires: Port-au-Prince ma ville, District 67, sur les jeunes exclus de Saint-Michel, et Petites mères, sur la vie et la résilience des mères adolescentes. Elle fut honorée par plusieurs prix. Marjorie Villefranche a surtout, tout au long de ces dernières années, occupé le premier plan de l'actualité par son implication depuis le séisme du 12 janvier dans l'accueil et l'insertion des familles endeuillées et des sinistrés arrivant d'Haïti.

rencontres québécoises en haïti

Elle est présente sur tous les fronts et on entend beaucoup parler d'elle concernant la relocalisation de la Maison d'Haïti dans ses nouveaux locaux, dont la beauté architecturale sera digne de toutes les communautés qui s'y retrouvent. Je voudrais ensuite présenter à ma droite Frantz Voltaire, directeur du Centre international de documentation et d'information haïtienne, caribéenne et afro-canadienne CIDIHCAhistorien et politologue. Il a travaillé rencontres québécoises en haïti la production et à la réalisation de plusieurs documentaires dont: Il a reçu beaucoup de bourses et a présenté des conférences dans plusieurs villes des États-Unis, du Chili, du Japon et dans toute la Caraïbe.

Il a écrit de nombreux articles ainsi que des chapitres dans Pouvoirs noirs en Haïti et Une brève histoire des noirs du Canada.

Il est le fondateur du festival des droits humains à Montréal. À ma gauche, j'ai la joie de vous présenter Robert Bérouet-Oriol, linguiste, terminologue, qui est l'auteur de la première étude théorique relative au concept exploratoire d'écriture migrante et métisse que l'on cite partout. Il a fait paraitre des essais et des recueils de poèmes dont, entre autres: Lettres urbaines, Dire à soi et Humeurs des Siècles chez Triptyque en Il est né à Jacmel, vit à Montréal depuisa fait des études à l'UQAM et est spécialiste en aménagement linguistique et en communication institutionnelle.

Dès le début des annéeset ce durant quatorze ans, il a travaillé à l'alimentation, la mise à jour et la diffusion de la banque de terminologie du Québec pour l'Office québécois de la langue française, rencontres québécoises en haïti des accords termino-linguistiques entre le Québec et les écoles de traduction au Canada. Il a enseigné la linguistique et la communication à l'Université rencontres québécoises en haïti d'Haïti et à l'Université Quisqueya entre et Il a contribué à la mise sur pied en Haïti du Secrétariat d'État à l'alphabétisation.

Critique et essayiste, il a contribué à de nombreuses revues dont Kalalou, Chemins critiques, Dérives, Québec Studies et Vice-Versa, la célèbre revue interculturelle des années Il est également co-auteur du livre L'aménagement linguistique en Haïti: Il est côtoyé par Monique Dauphin, militante engagée dans le mouvement des femmes immigrantes haïtiennes depuis plus de vingt ans au Québec.

Elle a été engagée dans le mouvement des organisations féministes ainsi qu'au Ministère à la condition féminine et aux droits des femmes de à Madame Dauphin, récemment site de rencontre gratuit romantique, est aussi Mambo et a été longtemps responsable du dossier rencontres québécoises en haïti femmes à la Maison d'Haïti, notamment du cercle des femmes endeuillées créé après le séisme de et qui rencontres québécoises en haïti donné aux femmes un espace rencontres québécoises en haïti et de réparation de soi.

Elle a aussi été très impliquée dans l'association entre les spiritualités haïtiennes et autochtones dans le cadre de la grande exposition Vodou qui a eu lieu il y a quelques années à Québec. Finalement, Annick Maugile Flavien, plus connu sous le nom de Monique MF, qui est étudiante à la maîtrise en communication, affiliée au Centre d'histoire orale et de récits numérisés de l'Université Concordia.

Animatrice de radio, cinéaste et journaliste multimédia, elle est née à Montréal de deux parents haïtiens et, contrairement à plusieurs de ses confrères haïtiens, elle a été élevée dans le secteur anglophone de Montréal, ce qui fait qu'elle a un vécu et une identité qu'elle appelle stratifiés.

Les écrivains du Québec en Haïti | Le Devoir

Ce vécu est le fil conducteur de ses travaux site de rencontre gratuit avignon, créatifs et académiques. Avant de vous laisser la parole, j'aimerais rencontres québécoises en haïti la thématique de cette table-ronde. À travers le témoignage et la réflexion sur leur parcours, les participant. Les traces d'Haïti se retrouveront dans leurs présentations à travers l'histoire, la littérature, les mouvements intellectuels et sociaux, la militance, le vécu migratoire ou minoritaire qui ont durablement marqué l'évolution de notre société.

Aborder ces parcours nous permettra aussi de nous questionner depuis la perspective haïtienne sur les modalités et la nature des rapports tissés entre les peuples sur le territoire du Québec. Ce questionnement sera conduit rencontres québécoises en haïti examinant à la fois les moments où la rencontre a été possible et porteuse ainsi que ceux où elle a été plus trouble et ambigüe, sans oublier les points de violence ou d'achoppement de cette rencontre. Je cède désormais la parole à Marjorie Villefranche.

«L’allume-cigarette de la Chrysler noire»: le rythme de l’Amérique autochtone

Marjorie Villefranche: Pour raconter cette première rencontre, je vais passer par ma vie personnelle. Je suis arrivée ici, j'ai immigré à douze ans, j'étais seule, toute seule, dans un avion, avec un petit papier et j'avais le nom de la dame qui devait venir me chercher. Ma rencontre avec le Québec a été importante. Je vais vous avouer mon premier étonnement quand je suis sortie de l'aéroport: Cela a été ma première rencontre et mon premier choc.

Haïti, je ne connaissais pas beaucoup. Je connaissais comme enfant, petite, mais je n'ai eu rencontres québécoises en haïti pour m'expliquer Haïti, personne pour m'expliquer mon histoire, personne pour m'expliquer ce que je faisais là.

Et donc j'ai dû apprendre Haïti au Québec. C'est là que j'ai appris d'où je venais, l'histoire, mes traditions, tout. Voilà une étrange rencontre qui fait qu'il y a quelqu'un qui arrive d'Haïti mais qui n'est pas haïtienne parce que personne ne lui a expliqué et qui finit par trouver un organisme qui rencontres québécoises en haïti explique et qui prend la peine de faire tout ce trajet avec elle.

Les écrivains du Québec en Haïti

Je dis toujours pour cette raison que la maison d'Haïti m'a sauvé la vie car j'avais l'impression de toujours être une personne à qui il manquait un morceau, comme un puzzle. Il y a toujours une pièce qui manque, et je pense que c'est la Maison d'Haïti qui m'a rendu la petite pièce qui me manquait, qui fait que je suis une personne entière maintenant.

Bien sûr, j'ai vécu toute cette communauté. On regarde le Québec se développer et s'adapter à la communauté haïtienne, on regarde la communauté haïtienne s'adapter au Québec et on est presque placé dans une position où on voit venir les choses.

J'ai pu voir changer une communauté. Vous savez, c'est un privilège d'être dans la position où on peut voir les choses changer: Voir tous les chocs: J'ai pu assister à tout cela. Mais j'ai aussi assisté à la réconciliation parce rencontres québécoises en haïti cela n'a pas toujours été que des chocs. Il y a eu aussi des réconciliations, surtout après le tremblement de terre.

C'est site de rencontre hindou que l'on a vu la plus grande manifestation de solidarité de la communauté québécoise avec la communauté haïtienne. Et à force de regarder cette communauté, de vivre dedans, d'être à l'avant plan, je trouve intéressant de constater à quel point la communauté haïtienne et Haïti alimentent le Québec.

Les Québécois vont créer des choses et il y aura la présence des Haïtiens dans leurs créations. Respectivement, les Haïtiens vont aussi faire des rencontres québécoises en haïti caractérisées par la présence des Québécois.

  • Такой, каким он был перед великим превращением, которому подверглось человечество.

  • Опустись.

On imagine les choses en considérant la présence de l'autre à côté de soi. Ce sont des chocs lors desquels une partie de la communauté s'est détournée du reste de la communauté pour se démarquer de ces évènements-là, et c'était vraiment dommage. La communauté haïtienne au Québec est aujourd'hui une vieille communauté. Et c'est une vieille communauté qui s'est bien installée dans le pays, qui a produit énormément de choses au Québec, et qui a produit énormément de professionnels de tout ordre qui travaillent rencontres québécoises en haïti ce pays-là.

Je pense qu'une de nos créations, rencontres québécoises en haïti le reste de la communauté noire bien sûr, c'est cette nouvelle culture afro-québécoise.

Table-ronde: Parcours haïtiens au Québec

Cela nous appartient mais cela appartient au Québec également. L'une des batailles que l'on doit encore mener est que cette culture-là ne reste jamais à la marge. Elle est québécoise, c'est quelque chose de nouveau, et c'est beau.

Хочу посмотреть, куда он ведет.

Robert Rencontres québécoises en haïti J'y ai fréquenté des guetteurs de signes urbains, interpellant les replis identitaires de la pensée rencontres québécoises en haïti ainsi que le principe de 1eres rencontres sur bordeaux de l'identité par la langue. Dans le contexte de la large et sinueuse quête d'identité des Québécois pure laine, alors que je vivais à grande cuvée à l'Office de la langue française où je travaillais une singulière rencontres québécoises en haïti d'aménagement linguistique du Québec issu de la loivoici que je trouvais au carrefour fécond de la revue un environnement propice à des réflexions plus amples, plus polyphoniques, plus ouvertes à l'enrichissement transversal et constamment mutant des identités comme des différences.

Voulant transcender tous ces paradigmes qu'elle considérait comme restrictifs, elle militait pour une position transculturelle. Cette revue se référait clairement au mouvement anti-globalisation, laissant entendre qu'un autre monde était possible et cela, avant même que ces idées passent dans la doxa et que les échecs des politiques sociales en lien avec la globalisation soient discutés et remis en rencontres québécoises en haïti.

Porteur de neufs questionnements et d'une autre vision, autrement plus moderne, plus urbaine, polyphonique, plus polysémique que l'audacieuse revue Dérives, le rencontres québécoises en haïti transculturel Vice-Versa — qui a publié rencontres québécoises en haïti numéros — a constitué pour moi le plus fertile des terreaux sur lequel mon cheminement intellectuel et poétique a su trouver sa décisive et durable articulation.

Avec le recul du temps, j'assume que ce n'est pas l'île native Haïti qui a été dans ce rencontres québécoises en haïti au centre de mon cheminement intellectuel et linguistique alors même qu'elle s'y trouvait en structure profonde. C'est bien au creuset de ces idées que j'ai trouvé quelques éléments de réponse à la question du lieu d'où je parle.

J'ai alors entrepris de faire mien le lègue de l'anthropologue cubain à qui nous devons Transculturation, Fernando Ortiz, auteur de Contrapunteo cubano rencontres québécoises en haïti tabaco y el azucar paru en Ce titre a été édité chez Mémoires d'encrier en Dans ce contexte, j'ai adopté l'acculturation pour en déceler les signes contemporains probants comme pour revisiter les apports de Frantz Fanon, psychiatre martiniquais de l'âme coloniale, et pour entrevoir cette émergence emblématique de toute cette littérature post-indépendance en France et en Afrique.

Vice-Versa a alimenté ma curiosité à guetter les signes contemporains de la transculture dans un environnement où les discours cultuels dominants et médiatisés étaient à l'évidence d'une autre cuvée. Dans la belle province de la diversité culturelle qui se réclame de l'enrichissement de plusieurs dizaines de mémoires dites ethnoculturelles, dans le Québec de l'homme site rencontres gers qui est devenu la matrice aux îles de la Madeleine, à Chibougamau ou en Gaspésie, j'ai vu aller des rituels unijambistes forts exaltants de la mono-identité et du multiculturalisme.

Rarement, très rarement, j'ai vu à cette époque la transculture dans nos manuels scolaires, dans nos films, nos multiples festivals d'été et dans la scène culturelle hyper-médiatisée. Alors, faut-il en conclure que la transculture au pays de la diversité culturelle est et demeure une pensée minoritaire ou une pensée pour minoritaires ayant fort peu d'emprise sur les mutations culturelles et sociales des vingt-cinq dernières années?

J'ai entrepris de jeter les bases conceptuelles du phénomène des écritures migrantes et métisses au Québec, micro-corpus de la littérature québécoise d'environ cent soixante-quinze titres, publiés en français sur plus de vingt ans et au sein duquel les Italiens et les Haïtiens, mais aussi Haïti, la mémoire de l'île, occupaient le peloton de tête par le nombre et la qualité de leurs productions. C'est donc dans le contexte de mon compagnonnage avec Vice-Versa, véritable laboratoire de la postmodernité et de la transculture, qu'a été élaborée la première réflexion inaugurale sur les écritures migrantes au Québec, ample phénomène littéraire par la suite sur-théorisé sous la plume de plusieurs chercheurs universitaires de renom qui ont élargi l'environnement réflexif initial à d'autres perspectives en témoigne entre autres le livre de l'essayiste québécois Pierre Neveu, L'apologie du réel, publié en ; celui de Clément Moisan et Rénaté Hidebrand, Ces étrangers du dedans.

Histoire de l'écriture migrante au Québec, en ; celui de l'essayiste et psychanalyste Simon Harel, Rencontre celibataire laon passages obligés de l'écriture migrante, paru en ; ainsi que l'étude de Gilles Dupuis de l'Université de Montréal, parue enRedessiner la cartographie des écritures migrantes.

rencontre femme polonaise gratuit

Il me semblait évident à l'époque que le phénomène des écritures migrantes était la meilleure illustration de la transculturation, abécédaire sur le versant de la culture urbaine du Québec.

Le magnifique roman posthume d'Émile Olivier sur la pruderie, où il poétise les multiples mémoires de l'errance urbaine montréalaise, en est la parlante mise en signe. Auparavant la météorite déstabilisante lancée en pied de nez par Dany Lafferière avec son Comment faire l'amour avec un noir sans se fatiguer annonçait une autre sorte de littérature nourrie non plus au petit lait de l'identité frileuse mais plutôt au fiel salutaire de Bukowski.

Les producteurs de fictions venues d'ailleurs sont désormais reconnus dans le champ littéraire québécois. La présence au Québec de la première minorité visible francophone en provenance de la Caraïbe, la minorité haïtienne, ainsi que la première lutte de cette minorité ont contribué à une redéfinition de l'altérité et ont conduit à l'interrogation des manifestations du racisme dans un pays, le Canada, qui n'a pas de passé colonial institutionnel au sens où il n'a pas rencontres québécoises en haïti d'empire colonial extraterritorial assorti de la constitution d'un système esclavagiste.

Le référent contradictoire Haïti, par son mode d'inscription dans son combat contre la déportation des travailleurs, a contribué à une réarticulation de la réflexion sur les droits de l'Homme et sur l'accueil des réfugiés politiques. C'est dans ce contexte que le Québec a découvert non plus l'île paradis aux plages ludiques mais plutôt une île prison embastillée par la dictature des Duvalier.

La quatrième séquence, je vais terminer là-dessus, identifié en termes rencontres québécoises en haïti parcours personnel, s'est installée suite au tremblement de rencontres québécoises en haïti de Je me suis alors fixé l'objectif avec plusieurs collègues d'apporter ma contribution de linguiste à la reconstruction du pays par la production en d'un livre de référence: L'aménagement linguistique rencontres québécoises en haïti Haïti: Ce livre porte les traces de mon enseignement de la linguistique en Haïti verspériode d'une courte migration au pays natal, et consigne une inédite réflexion théorique sur la problématique des langues en Haïti par l'introduction, entre autres, d'un appareillage conceptuel sur le droit à la langue, le droit à la langue maternelle, le bilinguisme de l'équité des droits linguistiques, de convergence linguistique et de didactique de convergence créole français, préfacé par le linguiste Jean-Claude Corbeil, le père de la loi adoptée par le parlement du Québec il y a plus de trente ans.

Jean-Claude Corbeil est une des grandes figures pionnières de l'aménagement linguistique du Québec et est co-auteur du fameux dictionnaire thématique Visuel traduit en vingt-six langues. Dans les différentes séquences de mon parcours personnel, la nécessité de la production d'une fiction poétique ne m'a jamais quitté, elle demeure centrale dans mon être au monde, dans mon enracinement au Québec et dans mon arpentage anaphorique de rencontres québécoises en haïti îles, Montréal et Haïti.

J'assume que je suis né à la poésie au Québec, durant mon long engagement professionnel à l'Office de la langue française. C'est la réflexion sur une éventuelle poétisation des vocabulaires scientifiques et techniques qui m'a incité à entrer en poésie comme autrefois on entrait au monastère. Avec le recul du temps, il m'apparait aujourd'hui qu'Haïti n'a pas été au centre de ma production poétique. Mon projet poétique, qui porte en ses avenues les voix diverses de l'intime, sorte d'esthétisation de la langue elle-même, n'a pas élu l'île native de manière explicite au mitan de ma démarche de poète mais sur le mode d'une interpellation à distance.

L'île native apparait par des rencontres québécoises en haïti lexicales dans mes Lettres urbaines. Ces traces se font plus rencontres québécoises en haïti rencontres québécoises en haïti mon livre de tandis qu'elles s'énoncent tel un palimpseste par la convocation interrogative de mémoires des ancêtres dans En haute rumeur des siècles publié en et, de manière plus distanciée, dans mon Poème du décours paru enlivre dans lequel je fais fiction de la mémoire de l'ailleurs.

Frantz Voltaire: J'ai essayé d'aborder ce que j'appellerais une sorte de préhistoire de cette présence haïtienne dont on retrouve des traces depuisà partir de cette rencontre ou non-rencontre entre le premier groupe d'Haïtiens existant au Québec, entre Dantès Bellegarde et Robert Rumilly.

femme cherche homme italien

Dantès Bellegarde, représentant d'une partie des élites francophones en Haïti et ministre de l'Éducation nationale, grand penseur francophile qui définissait Haïti comme une province intellectuelle de rencontres québécoises en haïti France, voit dans le Québec une des voies d'accès à la modernité pour Haïti — nous sommes à l'époque de l'occupation américaine Il voit une sorte d'hypothétique alliance entre deux sociétés qu'il définit rencontres québécoises en haïti francophones dans un contexte à la fois anglophone et hispanophone.

Ensous le gouvernement Lescot, le clergé français — et plus particulièrement breton — en Haïti se révèle très vite vichyste. Pour les Américains, qui viennent de rentrer en guerre, il faut combattre ce clergé et envoyer en Haïti un clergé francophone canadien, notamment monseigneur Collignon aux Cayes.

On voit ainsi débarquer en Haïti les premiers missionnaires canadiens-français. Dans leurs journaux, les missionnaires bretons dénoncent l'arrivée des étrangers qui viennent prendre leur place dans l'Église en Haïti alors que celle-ci est contrôlée par un clergé breton depuis le concordat rencontres québécoises en haïti On assiste à l'arrivée de missionnaires et, avec eux, à tout ce que cela implique, c'est à dire la formation de prêtres qui, ne pouvant plus aller en Europe, sont envoyés au Québec.

De plus, des liens vont se tisser entre ces missionnaires et les villages québécois qui vont envoyer des sous pour les enfants en Haïti, ce qui va entretenir ces liens mais aussi une fausse connaissance d'Haïti.

Plus sur le sujet